10 étapes pour responsabiliser ses enfants
Parentalité positive

10 ÉTAPES POUR RESPONSABILISER SES ENFANTS – par Nancy Doyon

Si vous ne connaissez pas encore Nancy Doyon, je suis très heureuse de vous la faire découvrir aujourd’hui. Nancy est une coach familiale et éducatrice spécialisée québécoise. Présidente et fondatrice de SOS Nancy, elle aide les parents qui font face à des difficultés avec leurs enfants. Vous trouverez de nombreuses vidéos sur sa chaîne Youtube, elles sont toutes fantastiques. J’adore sa façon de parler, très imagée, très québécoise…

J’ai suivi une de ces formations gratuites il y a quelques semaines et je souhaite aujourd’hui partager son contenu avec vous. Le titre de la formation est : Responsabiliser les enfants – Dix étapes pour responsabiliser ses enfants à travers un accompagnement engagé et bienveillant.

Ce titre résume tout à fait la méthode de Nancy, à savoir arriver à garder sa place de parents leader tout en faisant preuve de bienveillance auprès de nos enfants.

Etant moi-même perfectionniste et (très) exigeante, j’avoue avoir beaucoup de mal à lâcher prise en ce qui concerne les enfants. Cette formation nous donne les clés pour y parvenir.

L'approche responsabilisante de Nancy Doyon

Nous souhaitons tous que nos enfants deviennent responsables et autonomes mais nous avons également tendance à toujours être derrière eux, à leur dire quoi faire, quand le faire et comment le faire.
Ceci engendre deux problèmes majeurs. Le premier est que nos enfants sont de plus en plus anxieux, et le deuxième est qu’ils ne sont plus capables de réfléchir par eux-mêmes. Pourquoi anticiper puisque de toute façon, papa ou maman va me dire quoi faire… 

La conséquence, comme l’explique Nancy, est que nous créons ainsi des enfants Pinocchio. Après avoir passé tant de temps être dirigé par Gepetto, lorsque Pinocchio a été libéré par la fée, il a commencé par s’éloigner, il s’est fait influencer par d’autres et il s’est parfois mis en danger. Il a également commencé à mentir car il n’avait jamais appris à faire des erreurs et à les assumer.

Pinocchio

A vouloir trop bien éduquer nos enfants, nous oublions qu’éduquer ce n’est pas contrôler. Un enfant qui n’aura jamais eu l’occasion de faire des erreurs grandira donc en pensant que faire des erreurs c’est risquer le rejet des gens qui l’entourent. D’autres enfants se déresponsabiliseront:  » bin t’avais qu’à me le dire… » et d’autres mentiront car ils ressentiront de la honte à l’idée de se tromper.

Cette formation à donc pour but de nous apprendre à ne pas surprotéger nos enfants, à les laisser faire des erreurs et à leur apprendre à en assumer les conséquences tout en étant présents pour eux lorsqu’ils en ont besoin.

Si responsabiliser nos enfants est important, il y a bien évidemment un âge pour tout. Nous allons donc maintenant voir quelles sont les étapes de la responsabilisation.  

Les 3 phases de la responsabilisation

Nancy sépare l’apprentissage de la responsabilisation en 3 phases: l’apprentissage de la hiérarchie, le partage des contrôles et l’autocontrôle.

L'apprentissage de la hiérarchie - de 0 à 5 ans

Au cours de cette phase, les enfants doivent apprendre la collaboration, ce qui est bien ou mal, ce qui est permis ou ce qui ne l’est pas. Il doit apprendre à respecter les règles et l’autorité de l’adulte et comprendre que tout le monde ne va pas se plier à ses désirs. 

Le partage des contrôles - de 6 à 12 ans

L’enfant doit apprendre les règles sociales, de l’école (je dois faire mes devoirs même si je n’en ai pas envie). Il apprend à connaitre son cadre, et à évoluer au sein de celui-ci. Les limites doivent être claires. Il doit aussi apprendre à développer son jugement à l’intérieur du cadre édicté par l’adulte. Qu’est ce qui arrive si je ne respecte pas ce cadre?

L'apprentissage de l'auto-contrôle - de 14 à 18 ans

Pendant cette phase, les adultes qui entourent l’enfant doivent devenir des guides pour lui et l’amener progressivement à réfléchir sur des questions importantes : de quelles notes as-tu besoin pour atteindre ton objectif? Qu’est ce que tu es prêt à faire pour y arriver? Quelles sont les qualités que tu juges comme importantes chez tes amis? Quelles attitudes considères tu comme un manque de respect? De quel type de personne souhaites-tu t’entourer? Ils doivent apprendre à réfléchir sur les limites qui sont bonnes pour eux et la personne qu’ils souhaitent devenir

Les 10 étapes clés de la responsabilisation de l'enfant

1/ Ressentir et exprimer un besoin

Si votre enfant n’a pas l’âge de s’exprimer avec des mots, il peut vous prendre par la main et vous amener à ce dont il a besoin. Si votre enfant sait parler mais qu’il a tendance à pleurnicher, dites lui que cela vous ferait plaisir de l’aider mais que vous ne comprenez pas s’il pleurniche. « Ca me ferait plaisir de t’aider mais j’ai besoin que tu m’explique ce que tu veux avec des mots ». La clé ici est de ne pas aller au devant des besoins de notre enfant. Votre enfant apprendra ainsi que s’il a besoin de quelque chose, il doit le demander, plutôt que d’attendre que les autres devinent.

2/ Apprendre la patience

Dans la société actuelle où tout va très vite, nos enfants n’apprennent plus à patienter. Rappelez-vous quand vous attendiez l’heure de votre dessin animé préféré… aujourd’hui, il suffit d’aller sur sa plateforme de diffusion et tout est là! Si votre enfant a du mal à patienter, allez-y progressivement. Si sa demande peut attendre et que vous êtes en train de faire la vaisselle, dites-lui : « je termine ma vaisselle et je t’aide ». Les enfants sont également beaucoup stimulés et ont tendance à angoisser lorsqu’ils ne le sont pas. Ils ont souvent du mal à jouer seuls. Il est bon de leur apprendre à jouer dans une pièce à part dès l’âge de 4 ou 5 ans afin qu’ils apprennent à rester seuls avec eux-mêmes.

apprendre la patience

3/ Accepter la frustration

L’enfant doit apprendre que ses demandes peuvent parfois aboutir à une réponse négative. Certains enfants vivent très mal cette période. L’idée n’est pas de dire non à tout mais lorsque nous devons dire non, être clair et ferme tout en restant empathique. Les justifications ne sont pas nécessaires. Et si votre enfant crie, chouine, pleure, se roule par terre… il faut surtout garder sa posture et lui dire : « ca sera non quand même ».

4/ Apprendre la hiérarchie

Les enfants doivent apprendre que les parents et les enfant ne jouent pas sur le même pied d’égalité. Ce n’est pas l’enfant qui décide. Le parent à le droit d’envoyer l’enfant en retrait mais pas le contraire…Vers 4, 5 et 6 ans, les enfants ont besoin d’avoir du contrôle sur certaines choses. Ils peuvent par exemple décider s’ils ont faim ou non, mais ils ne décideront pas du menu. Si l’enfant n’apprécie pas vraiment le plat au menu du jour, il a le droit de décider s’il mange ou non, mais aucun plat spécial et plus à son goût ne lui sera proposé. Cela ne vous empêche pas de lui laisser choisir le plat d’un repas lorsque vous préparez votre menu de la semaine.

5/ Conformisme intéressé

Cette étape correspond en général à l’entrée à l’école primaire. L’enfant commence à se conformer aux règles tout en les questionnant. L’enfant est intéressé par le gain (récompense) lié à l’acceptation des règles auxquelles il se plie ou au contraire, il cherche à éviter une perte. L’enfant regarde où il doit « investir ». Il pose des questions comme « Qu’est ce que tu me donnes si je mets la table ». Ils apprennent à comprendre les liens de cause à effet

6/Conformisme par peur de déplaire

Vers 8, 9  ou 10 ans, lorsque le développement du cerveau permet à l’enfant de devenir plus empathique, lorsqu’il est capable de se percevoir dans les yeux de l’autre, les enfants sont plus inquiets de l’impact qu’ils ont sur les autres. La performance prend parfois une grande importance. A cet âge la, si vous prenez l’habitude de féliciter votre enfant pour ces réussites scolaires ou autres, il est possible qu’il ait l’impression que pour être aimé de vous, il devra réussir. Les enfants cherchent à faire plaisir.

7/ Conformisme de routine

A cette étape, la routine est installée. L’enfant fonctionne un peu en « pilote automatique ». Les règles sont intégrées et importantes à ses yeux. Si votre plus grand en est à cette étape, il aura tendance à dire à votre plus jeune des phrase du genre « c’est la règle », « il faut faire ceci » ou « il faut pas faire cela ». Mais rassurez-vous, cela ne va pas durer, l’adolescence approche…

8/ Anticonformisme

L’ étape 8 c’est le début de l’adolescence. Les zones du sens critique commencent à se développer dans le cerveau de l’enfant. C’est l’anticonformisme. L’ enfant rejette ses parents et toutes les règles auxquelles il adhérait jusqu’à maintenant. Il critique, il juge, il a une opinion sur tout. L’enfant apprend à se connaître, c’est une période de découverte de soi. Il devient un peu plus égocentrique. Il commence à établir ses propres valeurs

9/ Je sais qui je suis

Si nous avons respecté son besoin de distance dans les étapes précédentes, l’enfant revient maintenant vers nous.  Il est capable de faire le contrepoids entre ses besoins et ceux des autres. Il est capable de s’ouvrir à nouveau aux autres tout en se préservant.

je sais qui je suis

10/ L'actualisation de soi

C’est le début de l’âge adulte. Tous les apprentissages qui ont eu lieu lors des étapes précédentes s’encrent en lui. L’ enfant sait qui il est, il sait respecter son entourage, il sait ce qu’il veut. Il n’a plus besoin qu’on lui dise quoi faire. Il s’entoure de gens qui ont les même valeurs que lui. Il a normalement envie de mener sa propre vie. C’est souvent un moment de deuil pour les parents.

Il faut garder en tête que les enfants peuvent être à différentes étapes au même moment, selon les situations. Un enfant pourra être à l’étape 6 à l’école mais à l’étape 5 à la maison. 
Certains enfants auront également du mal à franchir certaines étapes et resterons « coincés » pendant plus longtemps.

L’important est d’adapter nos attentes à l’étape à laquelle se trouve notre enfant en ce moment. Nous devons également nous rappeler que notre enfant évolue et que ce n’est pas parce qu’il aime tout contrôler qu’il restera ainsi toute sa vie. Chacune de ses étapes est nécessaire au bon développement de notre enfant.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, vous pouvez vous inscrire à l’Institut de Coaching Familial de Nancy Doyon. Un compte vous sera crée et vous pourrez y retrouver toutes les formations gratuites proposées par Nancy, dont celle-ci.

Si vous aimez l'article, partagez-le! :)

8 commentaire

  1. Merci beaucoup pour ce partage et cette synthèse efficace de la formation de Nancy Doyon que je ne connaissais pas et qui me donne envie d’en savoir plus. C’est vraiment instructif et permet de mieux comprendre les étapes naturelles de nos enfants. Il est vrai que parfois on a tendance à ne pas se rendre compte qu’ils grandissent et que leurs besoins évoluent aussi!

    1. Heureuse que l’article t’ai plu. N’hésite pas à t’inscrire à l’institut de Coaching Familial. Il y a de nombreuses formations gratuites (dont celle-ci), toutes très intéressantes!

  2. Merci pour ce partage. Il est vrai que nos enfants ont rapidement et facilement tout à leur portée. On a tendance a tout leur apporter immédiatement. Dire que c’est parce que nous les aimons…Cette formation me paraît très intéressante. En tout cas votre article est très clair. Encore merci 🙂

    1. En effet, et il nous arrive même d’anticiper leurs besoins sans leur donner le temps de les exprimer. Modifier nos comportements demande des efforts et du temps mais c’est tellement important si nous souhaitons faire de nos enfants des personnes capables et responsables!

  3. J’ai trouvé très enrichissant de décliner ces différentes étapes. J’ai rapidement pu voir à quel niveau chacun de mes 3 enfants se situent. je me rends comte que je leur laisse au final beaucoup d’autonomie et leur apprend aussi à exprimer leur besoin

    1. Bravo à toi Soraya car c’est loin d’être évident!

  4. Merci pour cet article clair et très utile! Je connais Nancy et j’aime beaucoup ce qu’elle fait. L’article est un beau rappel pour moi. C’est intéressant et éclairant de voir où en sont les miens, maintenant ados.

    1. Merci Katia! Mes enfants sont encore petits mais je trouve cela rassurant de savoir que respecter leur besoin d’éloignement pour se développer en tant que personne à part entière permettra un lien plus fort à l’étape suivante… 🙂

Laisser un commentaire