La théorie de l'attachement
OUTILS DE PARENTALITÉ POSITIVE

THÉORIE DE L’ATTACHEMENT

La théorie de l’attachement est un concept qui a été développé dans les années 1950 par le célèbre psychiatre et psychanalyste britannique John Bowbly. Cette théorie se fonde sur l’idée que la  relation qui s’établie entre le nourrisson et la figure d’attachement primaire (en principe la mère) constitue la fondation du développement futur de l’enfant

Pour un bon développement de l’enfant, cette relation doit être de qualité et apporter des réponses à ses sollicitations et à la recherche de la satisfaction de ses besoins. L’attachement est selon Bowbly un besoin primaire, autant que boire, dormir ou manger. En grandissant, l’enfant se sentira alors suffisamment en sécurité pour explorer le monde et développer de bonnes relations sociales. 

L'hospitalisme

Si Bowbly définit l’attachement comme un besoin primaire tel que peut l’être le besoin de dormir, de manger ou de boire, René Spitz avait par ses travaux démontré dès les années 1930 que les interactions sociales avec d’autres humains sont essentielles au développement d’un enfant

Ce psychanalyste d’origine hongroise a en effet suivi pendant plusieurs années deux groupes de nourrissons: le premier groupe dans un orphelinat où les nouveau-nés étaient en grande partie coupés du monde avec une seule infirmière pour s’occuper de 7 enfants, et le deuxième groupe dans une prison où la mère était en mesure de s’occuper de son enfant et de lui fournir l’affection dont il avait besoin.

Dès la première année, les enfants de l’orphelinat avaient pris un grand retard au niveau des performances motrices mais également intellectuelles par rapport aux enfant de la prison. Ils étaient également moins curieux, plus tristes et sujets aux infections. Au cours de la deuxième et troisième année, seulement 2 des 26 enfants de l’orphelinat étaient capables de marcher et de prononcer quelques mots, tandis que les enfant élevés par leur mère dans la prison montraient un développement normal. 

Les différents types d'attachements

Chaque enfant développe une relation avec sa figure d’attachement primaire, c’est à dire, la personne avec laquelle il va passer le plus de temps et qui va répondre à ses besoins, bien souvent, la mère. Cette figure d’attachement primaire est la personne vers laquelle l’enfant se tournera s’il à besoin de réconfort et de protection

Mais il existe également des figures d’attachements secondaires qui seront le père, les frères et sœurs, les grands-parents puis plus tard les autres membres de la famille, la nounou et éventuellement les enseignants et les amis… Toutes les relations humaines importantes dans sa vie auront une incidence sur sa personne. 

L'attachement sécurisant

La mère comprend les besoins de son enfant et répond à ceux-ci de façon adéquate et prévisible pour l’enfant. Dès que l’enfant pleure car il a faim, il est nourri. S’il pleure car il a besoin d’être cajolé, sa mère le prendra dans ses bras et le réconfortera. 

L’enfant ayant un attachement sécurisant avec sa mère va rechercher le contact avec elle mais il se sentira suffisamment en sécurité lorsqu’il est loin de celle-ci pour ne pas s’inquiéter. L’enfant est confiant. Il sait qu’il peut compter sur l’intervention de sa mère en cas de danger ou de besoin. Il pleure beaucoup au moment de la séparation mais les recherches ont démontrer que ces pleurs sont un simple appel pour que la mère revienne et non pas des pleurs de désespoir profond. En effet, le niveau d’hormone du stress, le cortisol, augment très peu lors de ces pleurs. 

Une fois que la mère revient, l’enfant va chercher son contact puis repartira vaquer à ses affaires une fois rassuré. 

L'attachement résistant

L’attachement résistant ou ambivalent se produit si la mère à tendance à répondre de façon inconstante aux besoins de l’enfant. Elle se rendra disponible à certains moments et le rejettera à d’autres. L’enfant n’est donc pas certain d’obtenir la réponse dont il a besoin.

C’est d’autant plus déstabilisant pour l’enfant si la mère offre des réponses différentes à un même besoin.

L’enfant résistant a tendance à exagérer l’affect dans le but d’obtenir l’attention de la mère. Il se calmera moins facilement en présence de sa mère.

L'attachement évitant

L’attachement évitant se produit bien souvent lorsque l’enfant a été repoussé alors qu’il cherchait du réconfort auprès de sa mère ou lorsque ces émotions ne sont pas prises en compte par celle-ci. Il n’a donc aucune confiance dans les réponses que sa mère lui offrira s’il manifeste un besoin.

L’enfant met en place un mécanisme de défense qui consiste à inhiber ses émotions afin de ne plus devoir faire face aux réactions négatives de la figure d’attachement. 

S’il s’attend à être repoussé, l’enfant essayera de vivre sa vie sans le soutient des gens qui l’entourent. Les enfants “évitants” ont en général beaucoup de mal à faire confiance aux autres.

L'attachement désorienté

L’enfant “désorganisé” ne parvient généralement pas à développer une stratégie organisée pour faire face à la détresse de la séparation. Il aura un comportement chaotique et instable. 

L’attachement désorganisé s’installe si la figure d’attachement a une attitude négative voir violente envers l’enfant. Celui-ci ressent alors de la crainte. Il change souvent et soudainement d’attitude et d’état émotionnel. 

Comment développer des liens d'attachement sécurisants?

La réponse est en fait assez simple. Plus la figure d’attachement primaire aura répondu à ses besoins physiques et émotionnels pendant la première année de sa vie, plus l’enfant développera une relation sécurisante.

A l’inverse, dans le cas où ses besoins fondamentaux ne seraient pas comblés, l’enfant risque de développer des troubles de l’anxiété et un attachement insécure. 

Un bébé qui pleure exprime un besoin, c’est le seul moyen dont il dispose pour tenter de nous faire comprendre ce qu’il ressent, que ce soit la faim, le sommeil, la douleur…ou le manque d’attention. 

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’attachement, je vous conseille cette vidéo sur la biologie de l’attachement de Boris Cyrulnik.

Si vous aimez l'article, partagez-le! :)

Laisser un commentaire